Manoir de Kerazan

Construit à la fin du XVIe siècle et légué à l’Institut de France en 1928, le manoir de Kerazan est une des plus anciennes seigneuries du pays bigouden.

Périodes clés

Un authentique manoir breton

Le Manoir de Kerazan est bâti à la fin du XVIe siècle, dans un style typiquement breton. C’est l’une des plus anciennes seigneuries du pays bigouden.

La dynastie Astor

La dynastie des Astor transforme le domaine au XIXe siècle, enrichit sa décoration et y installe son importante collection de peintures d’inspiration bretonne.

L'Institut de France

Depuis 1928 et le legs de son dernier propriétaire,
le Manoir de Kerazan est administré par
l’Institut de France, qui veille à sa sauvegarde
et à sa valorisation. 

Notre histoire

Cinq siècles d'Histoire

XVIe et XVIIe siècles

Pendant huit générations, le domaine de Kerazan est la propriété
de la famille de Kerfloux qui fait édifier les premiers éléments du manoir,
dans un style typiquement breton.

XVIIIe siècle

Le domaine passe aux mains de la famille de Rosmorduc qui y entreprend de grands travaux, fait construire un second niveau au manoir
et aménage un parc à l’anglaise de cinq hectares.

1793

Le manoir de Kerazan est confisqué par le tribunal révolutionnaire de Quimper comme bien national.

1847

Le manoir est racheté par un notaire fortuné, Alour Arnoult, qui décide d’en faire une résidence somptueuse. Les plafonds du rez-de-chaussée sont surélevés, la toiture et ses lucarnes modifiées. Sa fille Noémie épouse en 1855 un ancien militaire, Joseph Astor.

1912

Joseph-Georges, fils de Noémie Arnoult et Joseph Astor, est le dernier occupant du manoir. On lui doit notamment la construction en 1912 de toute l’aile gauche qui regroupe les communs. 

1928

Joseph-Georges Astor lègue le manoir de Kerazan à l’Institut de France, avec pour souhait qu’un musée ainsi qu’une école d’art appliqué et industriel pour jeunes filles y soient créés.

1912

Le manoir ouvre au public et l’école de broderie voit le jour dans les communs.

1966

L’école de broderie cesse son activité et le manoir se consacre alors pleinement à l’accueil de visiteurs.

La demeure

d'un notable breton

Joseph-Georges Astor (1859-1928)


L’enfance de Joseph-Georges Astor est partagée entre une maison bourgeoise à Quimper – ville dont son père est maire – et le manoir de Kerazan, propriété achetée par son grand-père maternel. Des études brillantes le mènent à un doctorat en droit qui le destine à une carrière publique, empêchée par une surdité.

À la mort de son père, en 1901, il est seul héritier à la tête d’une confortable fortune. Grand amateur d’art, il consacre alors le restant de sa vie à l’embellissement du domaine familial, y effectue d’importants travaux, dont la construction de communs dominés par une tourelle avec un belvédère et contenant différents utilitaires : orangerie, fruitier, cellier, pressoir à cidre, bergerie, écurie…

Sans descendance, il lègue le manoir à l’Institut de France, en le chargeant notamment d’y créer une école de broderie pour jeunes filles, qui poursuivra son activité jusqu’en 1966.

L'Édito

Je mesure combien notre mission est cruciale et singulière. Nous ne nous prenons pas pour une institution inclassable ou supérieure, une tour d’ivoire jouissant d’un statut que d’aucuns jugent démodé.


Nous formons, dans nos spécificités, un lieu ouvert où peuvent s’exercer librement les travaux scientifiques, littéraires et artistiques, au service de tous.

C’est en cela que nous sommes une institution républicaine. C’est en cela que la France montre, en nous plaçant sous la protection du chef de l’État, qu’elle est fidèle à elle-même : une grande nation qui garantit la liberté de pensée, de création et de recherche, en dehors des querelles partisanes. Nous voulons scrupuleusement honorer cette confiance que la France nous a accordée.

Tel est bien notre engagement fondateur, celui que Boissy d’Anglas formula dans son discours – certes emphatique mais visionnaire – à la Convention nationale, le 23 juin 1795 : « Nous proposons de créer un Institut national [qui] honore non seulement la France seule, mais l’humanité toute entière, en l’étonnant par le spectacle de sa puissance et le développement de sa force. »

le-edito

Toutes les conditions sont reunies pour poursuivre et reussir ce projet magnifique, grace a la volonte partagee et a la salutaire concorde de nos six entites (Academies et Institut).

À ma place, désormais, j’y concourrai de toute mon énergie, habité par la conviction que la culture et le savoir font prospérer l’unité, la force et la grandeur d’une nation.

Je mesure combien notre mission est cruciale et singulière. Nous ne nous prenons pas pour une institution inclassable ou supérieure, une tour d’ivoire jouissant d’un statut que d’aucuns jugent démodé.
Nous formons, dans nos spécificités, un lieu ouvert où peuvent s’exercer librement les travaux scientifiques, littéraires et artistiques, au service de tous.C’est en cela que nous sommes une institution républicaine. C’est en cela que la France montre, en nous plaçant sous la protection du chef de l’État, qu’elle est fidèle à elle-même : une grande nation qui garantit la liberté de pensée, de création et de recherche, en dehors des querelles partisanes. Nous voulons scrupuleusement honorer cette confiance que la France nous a accordée.Tel est bien notre engagement fondateur, celui que Boissy d’Anglas formula dans son discours – certes emphatique mais visionnaire – à la Convention nationale, le 23 juin 1795 : « Nous proposons de créer un Institut national [qui] honore non seulement la France seule, mais l’humanité toute entière, en l’étonnant par le spectacle de sa puissance et le développement de sa force. »
xavior-darcos

Xavier Darcos, chancelier de
l’Institut de France 

Lorem ipsum dolor sit amet. Aenean commodo  dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus and magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Donec quam felis, ultricies nec, pellentesque eu, pretium quis, sem.Lorem ipsum dolor sit amet,  Cum sociis natoque penatibus and magnis dis parturient montes.

L'ACADÉMIE FRANÇAISE
L'ACADÉMIE DES BEAUX ARTS
L'ACADÉMIE DES SCIENCES

Collections et visites

Depuis 1928, l’Institut de France s’attache à honorer la vision de Joseph-Georges Astor pour son domaine de Kerazan. 

Préserver le domaine

L’Institut de France a à cœur de préserver le domaine de Kerazan en l’état laissé par son dernier propriétaire, Joseph-Georges Astor. La visite du manoir constitue ainsi une parfaite occasion de découvrir le quotidien de notables bretons des XIXe et XXe siècles.

Valoriser les collections

La très belle collection de peintures d’inspiration bretonne réunit des œuvres de Louis Désiré-Lucas, Charles Cottet ou Maurice Denis.
Le manoir possède également d’exceptionnelles faïences de Quimper de l’ancienne manufacture Porquier, dont des pièces uniques d’Alfred Beau.

Accueillir le public

Le manoir de Kerazan accueille chaque été les visiteurs désireux de découvrir ses salons, ses collections et son magnifique parc. Le domaine accueille également réceptions, tournages et autres événements toute l’année dans le cadre de privatisations.

Retour haut de page

Les fondations et les prix

Exposants / Écologie / Environnement

Allianz

Les fondations et les prix

Exposants / Écologie / Environnement

Croissance Responsable

Les fondations et les prix

Exposants / Écologie / Environnement

Daniel Jouvance

Les fondations et les prix

Prix / Écologie / Environnement

Écologie d’avenir

Les fondations et les prix

Prix / Écologie / Environnement

Édouard Bonnefous

Les fondations et les prix

Exposants / Botiaux-Dulac

Fondation Feuilhade

Les fondations et les prix

Prix / Botiaux-Dulac

Fondation Luciole

Les fondations et les prix

Exposants / Botiaux-Dulac

Les amis de Kerazan

Les fondations et les prix

Exposants / Botiaux-Dulac

Sopra Steria

Les fondations et les prix

Exposants / Botiaux-Dulac

Yves Rocher